Accueil

Étonnant Voyage

Difficulté à se loger, se nourrir, élever dignement ses enfants : que nous soyons français ou exilés, nous rencontrons souvent des problèmes similaires dans un pays développé comme la France, qui se targue d’être la patrie de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

Ce projet est né de la rencontre entre des migrants et des habitants du quartier populaire rennais de Maurepas. Il s’agit, par cette marche au-delà des catégories nationales et sociales qui nous sont souvent imposées, d’affirmer notre solidarité, notre refus commun de la précarité et de l’indignité et notre volonté partagée de respect des droits humains fondamentaux.

Une manière de faire ensemble un pas de côté pour apprendre à échanger, à se comprendre, que l’on soit français ou non, précaire ou non.

Une manière de montrer qu’un autre monde fait de fraternités est possible.

Les droits humains fondamentaux ne sont pas respectés. Pour dire non à la précarité et à l’indignité une manifestation aura lieu le 1er juin à partir de 10h00 à Rennes. Elle marquera le lancement d’une marche de Rennes à Saint-Malo le long du canal d’Ille-et-Rance entre le 1er et le 8 juin. L’arrivée à Saint-Malo se fera le samedi 8 juin en bateau, manière de rappeler l’urgence du sauvetage en Méditerranée. À 19h00 le festival littéraire « Étonnants Voyageurs » assurera à l’Étonnant Voyage un accueil officiel : occasion de faire un rassemblement à la fois revendicatif et festif.

Ce voyage est avant tout affaire de rencontres : donner la parole à ceux que l’on n’écoute jamais, ou si peu. C’est un voyage qui nécessite aussi de se libérer de toute forme estampillée, conventionnée, formatée d’expression en interrogeant entre autres la question de la culture : depuis plusieurs mois, des ateliers d’écriture poétique et de photo réunissent des personnes en situation de grande précarité : l’objectif est la production d’un petit recueil, objet symbolique qui sera amené au festival littéraire « Étonnants Voyageurs ».

Participer

Par solidarité la gratuité de participation est totale pour les précaires.

On peut participer à toute la marche, ne faire qu’une journée ou une demi-journée,
ou encore venir nous rejoindre le soir.

On peut aider à la préparation de la marche.

On peut aussi faire un don.